Pourquoi j’ai choisi les prothèses mammaires en polyuréthane ?

Home/Actualités/Pourquoi j’ai choisi les prothèses mammaires en polyuréthane ?

Pourquoi j’ai choisi les prothèses mammaires en polyuréthane ?

Pourquoi j’ai choisi les prothèses mammaires en polyuréthane ?

Depuis 2011 et leur réintroduction sur le marché français, je me suis intéressé aux prothèses mammaires recouvertes de mousse de polyuréthane.

Dans un premier temps, c’est leur effet anti-rotation sur les prothèses anatomiques qui m’a séduit. En effet, le polyuréthane induit un effet « scratch » qui empêche les implants de se déplacer et supprime ainsi complètement le risque de rotation que l’on retrouve notamment avec les prothèses anatomiques en silicone ou en sérum physiologique.

La technique de pose de ce type de prothèse est plus exigeante que pour les silicones. Les prothèses doivent être précisément placées car le polyuréthane empêchera tout déplacement ultérieur de l’implant ce qui, in fine, est un avantage pour le maintien du résultat dans le temps.

Les prothèses mammaires en polyuréthane, un rendu très naturel

Mais ce qui m’a le plus convaincu, c’est le rendu naturel du sein avec le plus souvent une prothèse qui ne se voit pas et qui ne se sent pas.

J’utilise une voie d’abord sous-mammaire ce qui permet de n’avoir aucune cicatrice visible sur le sein. Les prothèses sont de forme anatomique ce qui rend la prothèse invisible à l’œil avec un beau sein naturel sans effet « boule ». Les implants sont positionnés sous la glande mammaire pour former une unité homogène avec le sein natif et éviter les effets peu naturels de la contraction du muscle.

Chirurgie seins naturelle avec Protheses-mammaires polyure éthane

Les prothèses polyuréthane sont plus fermes que les silicones dans les premiers mois après l’intervention du fait de la réaction au matériau. D’autre part, le pôle supérieur est parfois perceptible pour les mêmes raisons. L’assouplissement des implants et leur touché naturel interviennent en général autour du 7e-8e mois.

Sur la photo, vous pouvez voir un résultat 3 ans après l’implantation de prothèses polyuréthane de 275 cc profil modéré chez une patiente de 23 ans. Bras en l’air, les prothèses restent invisibles et il est difficile d’affirmer sans le savoir que la patiente est porteuse d’implants. Ce sont ces types de résultat qui me conforte dans le choix des implants polyuréthane.

Source : Dr Mathieu Piquet – Date : 18 mai 2017

Retour aux actualités
2017-05-26T17:48:29+00:00