Loading...

Dermolipectomie abdominale

//Dermolipectomie abdominale
Dermolipectomie abdominale2017-09-08T18:32:50+00:00

Principe :

Chez la femme, le ventre est particulièrement fragilisé par les grossesses qui distendent la musculature et éprouvent l’élasticité de la peau. Une plastie abdominale appelée aussi dermolipectomie abdominale, est indiquée lorsqu’il existe des lésions importantes de la peau avec une distension notable et des vergetures nombreuses.

Le but de cette intervention de chirurgie plastique est d’enlever la peau la plus abîmée (distendue, cicatricielle ou vergeturée) et de retendre la peau saine périphérique. On y associe le plus souvent le traitement d’une surcharge graisseuse localisée par lipoaspiration et le traitement de lésions des muscles abdominaux sous-jacents (diastasis, hernie).

Projet thérapeutique :

La plastie abdominale n’est pas un traitement de l’obésité. En conséquence, elle doit être réalisée après un régime alimentaire bien conduit et à un poids stable.

Au cours de votre première consultation, nous déterminerons : la longueur nécessaire de la cicatrice sus-pubienne, l’importance du relâchement musculaire sous-jacent à corriger et la quantité de peau qu’il est possible de retirer.

La cicatrice est une longue horizontale sus-pubienne qui est placée au mieux pour être cachée dans la culotte. Parfois une petite cicatrice verticale est nécessaire. Une cicatrice péri-ombilicale signe la réimplantation du nombril.

Intervention

L’opération de plastie abdominale s’effectue sous anesthésie générale classique durant laquelle vous dormez complètement. Elle dure entre 2 et 3 heures et nécessite une hospitalisation de 24 heures.

L’intervention réalise l’ablation de la peau abdominale lésée sous-ombilicale. La graisse en excès est extraite par lipoaspiration et les muscles distendus sont remis en tension. La peau saine sus-ombilicale est redrapée vers le bas. L’ombilic est conservé et replacé en position normale grâce à une incision faite dans la peau abaissée. Un drainage est mis en place. En fin d’intervention, un pansement modelant par bandes élastiques est confectionné.

Plastie abdominale pour excès cutané pur après grossesses

Suites opératoires habituelles :

Après une dermolipectomie abdominale, le pansement et le drainage sont retirés au bout de 24 heures. Ils sont remplacés par un nouveau pansement compressif et une gaine de contention abdominale. Le port de cette gaine est conseillé pendant environ un mois, nuit et jour.

Les premiers jours sont marqués par des sensations de tension de la paroi abdominale répondant aux antalgiques simples et entraînant une position antalgique pliée en avant. Un œdème va s’installer au cours de la première semaine justifiant la contention abdominale. Des ecchymoses peuvent apparaître.

Vous serez revu régulièrement en consultation afin de gérer les différentes étapes postopératoires. Les fils de suture seront retirés au bout d’un mois. Un arrêt de travail de 15 jours à 1 mois est particulièrement recommandé ainsi qu’un arrêt des activités sportives de 3 mois.

Le gonflement abdominal (œdème) diminue à partir du 2e ou 3e mois, mais il peut réapparaître pendant plusieurs mois en cas d’activité intensive ou de contrariétés. Le résultat esthétique définitif ne peut être apprécié qu’un an après l’intervention.

Au-delà de l’amélioration locale, cette intervention de chirurgie esthétique et plastique de la silhouette a en général un retentissement favorable sur l’équilibre du poids, les possibilités vestimentaires et l’état psychologique.

Complications envisageables :

  • Un hématome peut nécessiter un geste d’évacuation. Les épanchements lymphatiques (séromes) sont devenus rares, mais nécessitent d’être ponctionnés
  • La survenue d’une infection peut nécessiter un traitement antibiotique et parfois un drainage chirurgical.
  • Une nécrose de la peau, rare et en général limitée, peut être responsable d’un retard de cicatrisation qui allonge les suites opératoires. Les nécroses importantes sont exceptionnelles.
  • Une diminution de la sensibilité de la paroi abdominale, en particulier dans la partie sous-ombilicale, est très fréquente, mais elle se normalise le plus souvent sous 6 à 18 mois.
  • Les accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire) sont la complication la plus grave et nécessitent des mesures préventives (bas de contention, lever précoce, traitement anticoagulant).
  • Des imperfections localisées peuvent être observées : cicatrice élargie, asymétrique ou ascensionnée, excès cutanéo-graisseux latéral, ombilic mal défini. Elles sont souvent accessibles à une petite retouche sous anesthésie locale à partir du 12e mois postopératoire.
  • Il est possible que les cicatrices aient une évolution défavorable avec la survenue de cicatrices hypertrophiques voire chéloïdes nécessitant des traitements locaux spécifiques.

Source : Dr Mathieu Piquet – Mise à jour le 15/03/17

De vous à moi, toute l’actualité de la chirurgie esthétique